Le soleil, vrai ou faux ami ?

Woman swimming in the sea

Indispensable à la vie, le soleil a aussi sa part d’ombre… Pour profiter du meilleur sans subir ses désagréments, apprenons à le connaître, à le décoder et à l’apprivoiser.

Un moral au zénith !                                                                                  

C’est prouvé, le soleil influe sur nos humeurs. Il commence à se faire rare en période hivernale ? Voici que la déprime et la fatigue nous gagnent. Il reprend ses quartiers d’été à l’arrivée du printemps ? Hop ! Comme par enchantement, notre sourire repart au beau fixe ! Oui mais pourquoi ? L’explication est scientifique… La lumière captée par l’œil envoie des signaux vers l’épiphyse, ce qui stimule la sécrétion de mélatonine (appelée également hormone du bonheur). Donc, plus l’œil reçoit de lumière, plus notre cerveau produit de mélatonine, et plus nous sommes joyeux. Pour autant, apprenons à maîtriser les ardeurs de notre astre préféré pour ne pas en subir les désastres et leurs lots de lésions oculaires, de coups de soleil et de vieillissement prématuré.

spectre

Décodage express du spectre solaire                                                                        

Il se compose de 5 % de rayons ultraviolets (UV), divisés en 3 zones :

  1. Les UVC, qui sont arrêtés par la couche d’ozone.
  2. Les UVB, dont 20% passent la barrière de la couche cornée pour pénétrer l’épiderme et 8% atteignent le derme, déclenchant au bout de 2 jours un début de bronzage parvenant à son apogée au 20ème jour.
  3. Les UVA, qui pénètrent massivement le cœur du derme et engendrent une pigmentation par « photo-oxydation » des grains de mélanine, dans les minutes qui suivent le début d’exposition. Ces derniers sont dangereux car ils cassent les fibres d’élastine et de collagène, provoquent un vieillissement accéléré de la peau, voire dans certains cas, des cancers cutanés.

Le spectre solaire contient également 40% de lumière blanche visible et 55% de rayons infrarouges (IR), susceptibles d’entraîner des coups de chaleur.

tableau

A surveiller de près !

L’horaire d’exposition. La quantité d’UV absorbée par notre peau est à son apogée lorsque le soleil est au zénith (11h à 13h en horaire d’été) et délivre alors 30% de son énergie.

La saison. Elle conditionne la quantité d’énergie produite par le rayonnement solaire et en France, atteint son point culminant en juillet.

La latitude. Elle influe sur l’intensité du rayonnement UV, qui est 5 fois plus actif à l’équateur que vers les pôles.

L’altitude. Elle réduit le parcours des rayons UV qui par conséquent, sont moins filtrés et plus dangereux. De plus, elle augmente leurs quantités de 4% tous les 300 mètres. Ainsi, à 3000 mètres d’altitude, le rayonnement est de 40% supérieur à celui du niveau de la mer.

La réverbération. Elle se situe entre 15% et 25% lorsque nous nous prélassons sur une plage de sable sec et peut atteindre 90% lorsque nous sommes entourés de neige !

    ×
    loader